La batterie de 138 du Lazaret
La batterie de 138 du Lazaret
Abri à projecteur de la Baie des Dunes
Abri à projecteur de la Baie des Dunes
Batterie de la cote 84
Batterie de la cote 84
La pointe de l´Aigle
La pointe de l´Aigle
La Pointe du Corail
La Pointe du Corail
Abris à projecteur du Gros Rocher
Abris à projecteur du Gros Rocher
Vue depuis la muraille d´Anosiravo
Vue depuis la muraille d´Anosiravo
La batterie anglaise
La batterie anglaise
Batterie
Batterie
Une des 4 alveoles
Une des 4 alveoles
Tranchée et cuve n1
Tranchée et cuve n1
La pointe de l´Aigle
La pointe de l´Aigle
La batterie
La batterie
La fregate Floreal au pied du Cap Vatomainty
La fregate Floreal au pied du Cap Vatomainty
La vallée des Caimans et au fond le fort A
La vallée des Caimans et au fond le fort A
La casemate principale
La casemate principale
Batterie du champ de tir
Batterie du champ de tir
Mortier G de 270 Mle 1889
Mortier G de 270 Mle 1889
La batterie de 138 du Lazaret
La batterie de 138 du Lazaret
La batterie du phare
La batterie du phare
Batterie du poste optique
Batterie du poste optique
La batterie de la baie des Boutres
La batterie de la baie des Boutres
Champ de tir
Champ de tir
Batterie de la cote 84
Batterie de la cote 84
Le fort d´Ankorika
Le fort d´Ankorika
Mur de contrescarpe
Mur de contrescarpe
Le Fort G
Le Fort G
Casemate de bourge
Casemate de bourge
Casemate de Bourges et bunker munitions
Casemate de Bourges et bunker munitions
Fort du centre
Fort du centre
Parapet en pierres seches
Parapet en pierres seches
Le magasin de secteur
Le magasin de secteur
La batterie de 138 du Lazaret
La batterie de 138 du Lazaret
Entrée du magasin
Entrée du magasin
Magasin de secteur d´Ankorika
Magasin de secteur d´Ankorika
Mahatsinjoarivo
Mahatsinjoarivo
Le poste optique
Le poste optique
Station radio
Station radio
La batterie de 138 du Lazaret
La batterie de 138 du Lazaret
Windsor Castle
Windsor Castle
Abri à projecteur
Abri à projecteur
Le phare vu du poste optique
Le phare vu du poste optique
Antongombato
Antongombato
Fermer Masquer les informations Masquer la carte

Légende

Abri à projecteur

Poste optique

Batterie (front de terre)

Batterie (front de mer)

Batterie anti-aérienne

Fort

Magasin de secteur (front de terre)

Magasin de secteur (front de mer)

Station radio

Aérodrome

Champ de tir

Phare

Tranchées

Usine

Poste de garde

Logistique

Cap Diego : l'aéroport d'Andrakaka

Un Transall en bordure de la piste d’Andrakaka vers 1950
Un Transall en bordure de la piste d’Andrakaka vers 1950

La base d’Andrakaka a été construite et aménagée par la Royal Air Force (RAF) dès 1942 après l’opération «Iron Clad». Elle a été prise en charge par l’Armée de l’Air à partir du départ des Anglais (approximativement entre mi 44 et début 45). Par décret du 19 Septembre 1946, l’Armée de l’Air était affectataire principal avec comme affectataires secondaires, l’Aéronautique Navale, les Transports Aériens (civils) et l’Aviation de tourisme. Jusqu’en Décembre 1951, un détachement de l’Armée de l’Air a effectivement occupé le terrain mais les besoins en personnel des autres théatres en ont nécessité le départ, officiellement le 1er janvier 1952. A partir de là et jusqu’en 1954, il est resté sur la base une «garde» composée d’un sous-officier et de 3 hommes.
La piste d'Andrakaka de nos jours
La piste d'Andrakaka de nos jours
Depuis le 1er Janvier 1952, le terrain n’est plus ouvert à la circulation aérienne que sur demande exceptionnelle Les installations sont juste « gardiennées » (à minima) Depuis Mai 1948, la Marine Nationale envisage la création à Andrakaka d’une base d’aéronautique navale (BAN) pour des Formations « d’exploration et de surveillance » ainsi que d’« hélicoptères ». Cette mise en place, initialement prévue à partir de 1953, est retardée.
La situation d’Andrakaka est exceptionnellement privilégiée. En dehors des rares journées cycloniques, l’arrivée est toujours réalisable à vue. L’absence totale de brûme ou de nuages basse altitude permet toujours les mouvements d’aéronefs (décollage / atterrissage). Les vents dominants, alizés du Sud / Est ou les moussons du Nord / Ouest sont dans l’axe de la piste. La nature du sol a permis, par simple désherbage et nivelage, l’utilisation de la piste par des avions de trente tonnes.
De fortes pluies prolongées peuvent rendre la surface de la piste légèrement glissante, mais en moins d’une heure après la fin de la pluie, la surface de la piste retrouve son caractère normal. Beaucoup d’espace est disponible sur le plateau. Il n’y a donc aucune difficulté d’implantation pour l’installation de stations météo, radio, d’aides à la navigation et d’atterrissage.
Des bâtiment à Andrakaka de nos jours
Des bâtiment à Andrakaka de nos jours
L’implantation d’Andrakaka présente de multiples intérets : raccourcissement des lignes impériales (En 1953, la France parle encore de son « Empire »...), situation au « coeur » du point névralgique de Madagascar, proximité d’un port de ravitaillement « stratégique » de la Flotte.
La construction d’une piste « moderne », (type A) est rendue possible en profitant de la « trouée » du col du Courrier qui permet aux avions de faire une très longue approche avec une faible incidence -idéale pour les gros porteurs.
A peu de frais, la piste en dur peut alors être portée à 3 200 m avec 150 m disponible (POR, Piste Occasionnellement Roulable) à chaque extrémité soit 3 500 m au total.
Lors de la réunion du Comité des Chefs d’Etat-Major du 9 Février 1953, l’Aéronavale a acceptée d’être l’affectataire principal de la base d’Andrakaka. La piste d’Andrakaka a été désherbée en Octobre 1952 et est rendue utilisable par les avions militaires. L’entretien de la piste et des installations pour l’année 1953 seront réalisés grâce à des crédits de l’Aéronavale. La date officielle de changement de statut de la base sera le 1er Janvier 1954.
Cette année 1954 verra officiellement la disparition de la BAN DIEGO-SUAREZ et la naissance de la BAN ANDRAKAKA.
Il s’ensuit un transfert progressif des installations techniques de Caméléon (Pyrotechnie) vers la nouvelle BAN. « Provisoirement (sic), les aéronefs continueront à «loger» dans le hangar habituel d’Arachart ».
Remarquons que « ce provisoire, style Marine » durera un peu... longtemps, puisqu’en 1972 (18 ans plus tard), il était encore d’actualité et majoritairement appliqué lors du stationnement du C47 à Diégo.
Tout le personnel quittera également la zone vie de Caméléon progressivement pour être caserné à l’Unité Marine.
Ce terrain a servi à des transports de civils (notamment les étudiants qui faisaient leurs études à Tananarive) pendant la Seconde République de Madagascar.
Le DC4 de M MONTEL, Secrétaire d’Etat à l’Air, y a fait escale en Mars 1953 lors de sa tournée d’inspection à Madagascar et la Réunion.
Le 6 juillet 1953, un DC 6 de la T.A.I (Société Commerciale Civile) en difficulté au nord de l’île et dans l’impossibilité de rallier Tananarive, s’est posé à Andrakaka avec 53 passagers à bord. Il en a redécollé sans problème particulier le 13 juillet après le changement d’un moteur.
On parle d’y créer un nouvel aérodrome… Le Ministre des Transports malgache Rolland Ranjatoelina a annoncé en octobre 2010 la possibilité d’exploiter à Diego Suarez un second aéroport international. Cap Diego aura-t-il un jour l’activité qu’on lui prédisait en 1885 ?

Une question ? Une remarque ? N'hésitez pas à nous contacter

Voir la carte